fr en
Paris Descartes Paris Descartes
AISLF
branly logo

CONFÉRENCES PLÉNIÈRES : LES INTERVENANTS

15 DÉCEMBRE 2010, MUSÉE DU QUAI BRANLY, PARIS

Alan PROUT





Curriculum vitae

Alan Prout est professeur de sociologie et de Childhood Studies et directeur de l’Institut de Sciences de l’éducation à l’University of Warwick, au Royaume-Uni. Il s’intéresse en particulier à l’enfance dans son contexte social et a été, entre 1996 et 2001, directeur du programme de recherche sur les enfants de 5 à 16 ans, au sein du Conseil d’études économiques et sociales.

Publications

  • "The Future of Childhood: towards the interdisciplinary study of children" (2005).
  • "Hearing the Voices of Children: Social Policy for a New Century" (2003).
  • "The Body, Childhood and Society" (2000)
  • "Theorizing Childhood" (1998)
  • "Constructing and Reconstructing Childhood" (1997/1990)

Résumé d'intervention

Malgré des débuts dynamiques et une production importante ces derniers temps, la sociologie de l’enfance (et, plus largement, la nouvelle sociologie de l’enfance) commence à s’essouffler et à s’égarer. Dans cette communication, nous nous intéresserons à ce problème, à ses causes éventuelles et à quelques réponses possibles.
La création d’une sociologie de l’enfance supposait une double tâche. Tout d’abord, il fallait créer un espace pour l’enfance au sein du discours sociologique. Ensuite, il fallait prendre en considération la complexité et l’ambiguïté de l’enfance, compte tenu de ses récentes mutations.
Selon l’auteur, si un espace pour l’enfance a bien été dégagé, il s’est dessiné à l’intérieur d’une sociologie moderne, dont le discours est de moins en moins en mesure d’appréhender l’univers post-moderne.
On le voit notamment dans la reprise, par la sociologie de l’enfance, des oppositions binaires caractérisant la sociologie moderne. Trois d’entre elles sont présentées ici : agency/structure, nature/culture, être/devenir. Sortir la sociologie de l’enfance de l’étau de ces oppositions suppose dans chaque cas une réflexion sur un troisième terme, exclu jusque là. Entre autres, il serait alors nécessaire de prêter davantage attention à l’interdisciplinarité et à la nature hybride du monde social, à ses réseaux et ses médiations, à la mobilité et aux relations  entre générations.